Google

This is a digital copy of a book thaï was prcscrvod for générations on library shelves before it was carefully scanned by Google as part of a project

to make the world's bocks discoverablc online.

It has survived long enough for the copyright to expire and the book to enter the public domain. A public domain book is one that was never subject

to copyright or whose légal copyright term has expired. Whether a book is in the public domain may vary country to country. Public domain books

are our gateways to the past, representing a wealth of history, culture and knowledge that's often difficult to discover.

Marks, notations and other maiginalia présent in the original volume will appear in this file - a reminder of this book's long journcy from the

publisher to a library and finally to you.

Usage guidelines

Google is proud to partner with libraries to digitize public domain materials and make them widely accessible. Public domain books belong to the public and we are merely their custodians. Nevertheless, this work is expensive, so in order to keep providing this resource, we hâve taken steps to prcvcnt abuse by commercial parties, including placing lechnical restrictions on automated querying. We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Google Book Search for use by individuals, and we request that you use thèse files for Personal, non-commercial purposes.

+ Refrain fivm automated querying Do nol send automated queries of any sort to Google's System: If you are conducting research on machine translation, optical character récognition or other areas where access to a laige amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of public domain materials for thèse purposes and may be able to help.

+ Maintain attributionTht GoogX'S "watermark" you see on each file is essential for informingpcoplcabout this project and helping them find additional materials through Google Book Search. Please do not remove it.

+ Keep it légal Whatever your use, remember that you are lesponsible for ensuring that what you are doing is légal. Do not assume that just because we believe a book is in the public domain for users in the United States, that the work is also in the public domain for users in other countiies. Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we can'l offer guidance on whether any spécifie use of any spécifie book is allowed. Please do not assume that a book's appearance in Google Book Search means it can be used in any manner anywhere in the world. Copyright infringement liabili^ can be quite severe.

About Google Book Search

Google's mission is to organize the world's information and to make it universally accessible and useful. Google Book Search helps rcaders discover the world's books while helping authors and publishers reach new audiences. You can search through the full icxi of ihis book on the web

at|http: //books. google .com/l

Google

A propos de ce livre

Ceci est une copie numérique d'un ouvrage conservé depuis des générations dans les rayonnages d'une bibliothèque avant d'être numérisé avec

précaution par Google dans le cadre d'un projet visant à permettre aux internautes de découvrir l'ensemble du patrimoine littéraire mondial en

ligne.

Ce livre étant relativement ancien, il n'est plus protégé par la loi sur les droits d'auteur et appartient à présent au domaine public. L'expression

"appartenir au domaine public" signifie que le livre en question n'a jamais été soumis aux droits d'auteur ou que ses droits légaux sont arrivés à

expiration. Les conditions requises pour qu'un livre tombe dans le domaine public peuvent varier d'un pays à l'autre. Les livres libres de droit sont

autant de liens avec le passé. Ils sont les témoins de la richesse de notre histoire, de notre patrimoine culturel et de la connaissance humaine et sont

trop souvent difficilement accessibles au public.

Les notes de bas de page et autres annotations en maige du texte présentes dans le volume original sont reprises dans ce fichier, comme un souvenir

du long chemin parcouru par l'ouvrage depuis la maison d'édition en passant par la bibliothèque pour finalement se retrouver entre vos mains.

Consignes d'utilisation

Google est fier de travailler en partenariat avec des bibliothèques à la numérisation des ouvrages apparienani au domaine public et de les rendre ainsi accessibles à tous. Ces livres sont en effet la propriété de tous et de toutes et nous sommes tout simplement les gardiens de ce patrimoine. Il s'agit toutefois d'un projet coûteux. Par conséquent et en vue de poursuivre la diffusion de ces ressources inépuisables, nous avons pris les dispositions nécessaires afin de prévenir les éventuels abus auxquels pourraient se livrer des sites marchands tiers, notamment en instaurant des contraintes techniques relatives aux requêtes automatisées. Nous vous demandons également de:

+ Ne pas utiliser les fichiers à des fins commerciales Nous avons conçu le programme Google Recherche de Livres à l'usage des particuliers. Nous vous demandons donc d'utiliser uniquement ces fichiers à des fins personnelles. Ils ne sauraient en effet être employés dans un quelconque but commercial.

+ Ne pas procéder à des requêtes automatisées N'envoyez aucune requête automatisée quelle qu'elle soit au système Google. Si vous effectuez des recherches concernant les logiciels de traduction, la reconnaissance optique de caractères ou tout autre domaine nécessitant de disposer d'importantes quantités de texte, n'hésitez pas à nous contacter Nous encourageons pour la réalisation de ce type de travaux l'utilisation des ouvrages et documents appartenant au domaine public et serions heureux de vous être utile.

+ Ne pas supprimer l'attribution Le filigrane Google contenu dans chaque fichier est indispensable pour informer les internautes de notre projet et leur permettre d'accéder à davantage de documents par l'intermédiaire du Programme Google Recherche de Livres. Ne le supprimez en aucun cas.

+ Rester dans la légalité Quelle que soit l'utilisation que vous comptez faire des fichiers, n'oubliez pas qu'il est de votre responsabilité de veiller à respecter la loi. Si un ouvrage appartient au domaine public américain, n'en déduisez pas pour autant qu'il en va de même dans les autres pays. La durée légale des droits d'auteur d'un livre varie d'un pays à l'autre. Nous ne sommes donc pas en mesure de répertorier les ouvrages dont l'utilisation est autorisée et ceux dont elle ne l'est pas. Ne croyez pas que le simple fait d'afficher un livre sur Google Recherche de Livres signifie que celui-ci peut être utilisé de quelque façon que ce soit dans le monde entier. La condamnation à laquelle vous vous exposeriez en cas de violation des droits d'auteur peut être sévère.

A propos du service Google Recherche de Livres

En favorisant la recherche et l'accès à un nombre croissant de livres disponibles dans de nombreuses langues, dont le français, Google souhaite contribuer à promouvoir la diversité culturelle grâce à Google Recherche de Livres. En effet, le Programme Google Recherche de Livres permet aux internautes de découvrir le patrimoine littéraire mondial, tout en aidant les auteurs et les éditeurs à élargir leur public. Vous pouvez effectuer des recherches en ligne dans le texte intégral de cet ouvrage à l'adressefhttp: //book s .google . coïrïl

\

ŒUVRES COMPLÈTES

DB

H. DE BALZAC

TOME DiX*NEUVI£ME

EDITION DEFINITIVE

ŒUVRES COMPLETES

DE

H. DE BALZAC

XIX

LES CONTES DROLATIQUES

COLLIOBZ BZ ABBATB8 DB TOUftAINB

Bt ■!• m LOBliBB r*R

LE SIEUR DE BALZAC

POOB l'bsbattbmbivt dbb pantaosoblibtbb bt nom aoltrbb

4

■^^i^ r

PARIS

CALMANN LÉVY, ÉDITEUR

ANCIENNE MAISON MICHEL LÉVY FRÈRES

moi aubbk, s, bt boulbvabd dbb italibhb, 15 A LA LIBRAIRIE NOUVELLE

If DCCC LXXIX Droits de Mprodaetioa et de tredaction réterrét

LES

CONTES DROLATIQUES

PREMIER DIXAIN

PROLOGUE

Cecy est ung livre de haulte digestion, plein de deduicts de grant goust, espicez pour ces goutteux trez4llustres et beuveurs trez-prétieux auxquels s'adressoyt nostre digne compatriote, éter- nel honneur de Touraine, François Rabelays. Non que TAutheur ayt l'oultre-cuydance de vouloir estre aultre chouse que bon Tou- rangeau, et entretenir en ioye les amples lippées des gens fameux de ce mignon et plantureux pays, aussy fertile en cocqus, coc- quards et raillards que pas ung, et qui ha fourni sa grant part des hommes de renom à la France, avecques feu Courier, de pic- quante mémoire; Verville, autheur du Moyen de parvenir, et aul- tres bien cogneus, desquels nous trions le sieur Descartes, pour ce que ce feut ung génie mélancholicque, et qui ha plus célébré les songeries creuzes que le vin et la friandise, homme duquel tous les pastissiers et rostisseurs de Tours ont une saige horreur, le mescognoissent, n'en veulent point entendre parler, et disent: « demeure-t-il ? » si on le leur nomme. Doncques, ceste œuvre est le produict des heures rieuses de bons vieulx moynes* Bk dont

XIX. 4

t LES CONTES DROLATIQUES.

estoyent maintz vestiges espars en nostre pays comme à la Grena- dière-lez-Saînct-Cyr, au bourg de Sacché-les-Azay-le-Ridel, à Mar- moustîers, Veretz, la Roche-Corbon, et dans aulcuns typothecques de bons récits, qui sont chanoines anticques et preudes femmes ayant cogneu le bon temps l'on iocquetoyt encores sansresguar- der s'il vous sortoyt ung cheval ou de ioyeulx poulains des costes à chaque risée, comme font auiourd^hui les îeunes femmes qui vouldroyent soy esbaltre gravement : chouse qui sied à nostre gaye France comme une huillière sur la teste d'une royne. Âussy, comme le rire est ung privilège octroyé seulement à l'homme, et qu'il y ha cause suffisante de larmes avecques les libertez publicques sans en adiouxter par les livres, ay-je creu chouse patrioticque en diable de publier une drachme de ioyeulsetez par ce temps Tennuy tombe comme une pluie fine qui mouille, nous perce à la longue, et va dissolvant nos anciennes coustumes qui faisoyent de la raye publicque ung amusement pour le plus grant nombre. Ains, de ces vieulx pantagruelisies qui laissoyent faire à Dieu et au Roy leur mestier, sans mettre la main à la paste plus que nedebvoyent, se contentant de rire, il y en ha peu, il en chet tous les iours, en sorte que i'ay grant paour de veoir ces ootables fragmens d'anciens bré- viaires conspuez, couchiez, gallefretez, honnis, blasmez, ce dont ie ne me mocqueroys point, veu que ie conserve et porte beaucoup de respect aux rogneures de nos anticquitez gauloises.

Soubvenez-vous aussy, criticques enraigez, hallebotteurs de mots, harpyes qui guastez les intentions et inventions de ung chascun, que nous ne rions que enfans; et, à mesure que nous voyageons, le rire s'estainct et despérit comme l'huile de la lampe. Gecy signifie que, pour rire, besoing est d'estre innocent et pur de cueur; faulte de quoy, vous tortillez vos lèvres, iouez des badigoinces et fronssez les sourcils en gens qui cachent des vices et impuretez. Ores, doncques, prenez ceste œuvre comme ung grouppe ou statue desquels ung artiste ne peut retraire certaines pourtraicleures, et seroyt ung sot à vingt-deux caratz, s'il y met- toyt seulement des feuilles, pour ce que ces dictes œuvres, non plus que cettuy livre, ne sont faictes pour des couvens. Néantmoins, i'ai eu cure à mon grand despit de sarcler, ez manuscripts, les vieulx mots, ung peu trop ieunes, qui eussent deschiré tes au-

PROLOGUE. 3

reilles, esblouy les yeulx, roiigy les ioues, deschicqueté les lèvres des vierges à braguettes et des vertuz à trois amans; car il faut aussy faire aulcunes chouses pour les vices de son temps, et la péri- phrase est bien plus guallante que le mot I De faict, nous sommes vieuU et treuvons les longues bagatelles meilleures que les briefves folies de nostre ieunesse, veu que, alors, nous y goustons plus long-temps. Doncques, mesnagez-moi dans vos médisances, et lisez cecyplus tost à la nuict que pendant le iour; et point ne le donnez aux puce lies, s'il en est encores, pour ce que le livre prendroyt feu. le vous quitte de moy. Mais ie ne crains rien pour ce livre, veu qu'il est extraict d*ung hault et gentil lieu, d'où tout ce qui est yssu a eu graut succez, comme il est bien prouvé par les Ordres royaulx de la Toyson d'Or, du Sainct-Esprit, de la Jarretière, du Bain, et tant de notables chouses qui y feurent prinses, à Tumbre desquelles ie me mets.

Or, eshaudissez'vous, mes amours, et gayement lisez tout^ à taise du corps et des reins, et que le maulubec vous trousque, si vous me reniez après m'avoir lu. Ces paroles sont de nostre bon maistre Rabelays, auquel nous debvons tous ester nostre bonnet en signe de révérence et honneur, comme prince de toute sapience et de toute comédie»

LA BELLE IMPÉRIA

L'archevesque de Bourdeaux avoyt mis de sa suite, pour aller au Concile de Constance, ung tout ioly petit prebstre tourangeau dont les fassons et la parole estoyent curieusement mignonnes, d'autant qu'il passoyt pour fils de la Soldée et du gouverneur. L'archevesquc de Tours l'avoyt voulentiers baillé à son confrère lors de son pas- saige en ceste ville, pour ce que les archevesques se font de ces cadeaux entre eulx, cognoissant combien sont cuisantes les déman- geaisons théologicques. Doncques, ce ieune prebstre vint au Concile et feut logé dans la maison de son prélat, qui estoyt homme de bonnes mœurs et grant science.

Philippe de Mala, comme avoyt nom le prebstre, se résolut à bien faire et servir dignement son promoteur; mais il veit dans ce Concile mystigoricque force gens menant une vie dissolue, et n'en gaignant pas moins, et mesmes plus d'indulgences, escuz d'or, béi^ûces, que tous aultres saiges et bien rangez. Ores, pendant une nuict aspre à sa vertu, le diable lui soufQa dans Taureille et enten- dement qu'il eust à faire sa provision à pannerées, puisque ung chascun puisoyt au giron de nostre saincte mère l'Ecclise, sans le tarir; miracle qui prouvoyt bien la présence de Dieu. Et le prebstre tourangeau ne faillit point au diable. Il se promit de bancqueter, de se ruer en rostisseries et aultres saulces d'Allemaigne, quand il le pourroyt sans payer, veu qu'il estoyt paouvre tout son saoul. Comme il restoyt fort continent en ce qu'il se modeloyt sur son paouvre vieulx archevesque, qui, par force, ne péchoyt plus et pas- soyt pour ung sainct, il avoyt souvent à souffrir ardeurs intoléra- bles suivies de tristifîcations, veu le numbre de belles courtisanes bien gorgiasées et gelives au paouvre monde, lesquelles habitoyent

6 LES CONTES DROLATIQUES.

Constance pour éclaircir l'entendement des p^res du Concile. Il enrageoyt de ne pas sçavoir comment on abordoyt ces pies gual- lantes qui rabbrouoyent les cardinaulx, abbez commendataires, auditeurs de rote, légats, évesques, princes, ducs et margraves, comme elles auroyent pu faire de simples clercs desnuez d'argent. Le soir, après ses prières dictes, il essayoyt de parler à elles en s^ apprenant le beau bréviaire d'amour. Il s'interroguoyt à respondre à tous cas échéants. Et, le lendemain, si, vers Compiles, il ren- controyt quelqu'une desdictes princesses, en bon poinct, veautrée en sa litière, escortée de ses paiges bien armez, et flère, il demou- royt béant, comme chien attrapant mouches, à voir ceste frisque figure qui le brusloyt d'autant.

Le secrétaire de monseigneur, gentilhomme périgourdin, luy ayant apertement démonstré que les pères, procureurs et audi- teurs de rote, acheptoyent par force présents, non relicques ou indulgences, mais bien pierreries et or, la faveur d'estre familiers chez les plus haultes de ces chattes choyées qui vivoyent sous la protection des seigneurs du Concile, alors le paouvre Tourangeau, tout nice et cocquebin qu'il estoyt, thezaurisoyt dans sa paillasse les angelotz à luy donnez par le bon archevesque pour travaulx d*escripture, espérant, ung iour, en avoir suffisamment, à ceste un de yeoir ung petit la courtisane d'ung cardinal, se fiant à Dieu pour le reste. Il estoyt deschaussé de la cervelle jusqu'aux talons, et ressembloyt autant à un homme qu'une chievre coëffée de nuict ressemble à une demoiselle; mais, bridé par son envie, il allbyt, le soir, par les rues de Constance, peu soulcieux de sa vie; et, au risque de se faire pertuisanner le corpç par les souldards, il espion- noyt les cardinaulx entrant chez les leurs. Lors, il voyoit les chan- delles de cire s' allumant aussitost ez maisons; et, soubdain, relui- soyent les huys et les croizées. Puis il entendoyt les benoistz abbez ou aultres se rigolant, beuvant, prenant du meilleur, énamourez, chantant VAlleluia secret, et donnant de menus suffraiges à la mu- sicque dont on les resgalloyt. Les cuisines faisoyent des miracles, et si disoyt-on des Offices de bonnes pottées grasses et fluantes, Matines de iambonneaux, Vespres de goulées friandes et Laudes de sucreries... Et, après les beuvettes, ores, ces braves prebstres se taisoyent. Leurs paiges iouoyent aux dez sur les degrez, et les

LA BELLE IMPÉRIÂ. 7

mules restives se baitoyent dans la rue. Tout alloyt bieni Mais aussy il y avoyt de la foy et de la religion. Voilà comment le bon- homme Huss feut bruslél Et la cause? Il mettoyt la main dans le plat sans en estre prié. Et doncques, pourquoy estoyt-ii huguenot avant les aultres?

Pour en revenir au petit gentil Philippe, souventes fois il receut force horions et attrapa de bons coups; mais le diable le soustenoyt en l'incitant à croire que, tost ou tard, il auroyt son tour d'estre cardinal chez quelque femme d*ung. Sa convoitise lui donna de la hardiesse comme à ung cerf en automne; et si, qu'il se glissa ung soir dans la plus belle maison de Constance, au montoir, d'où il avoyt souvent veu des officiers, senneschaulx, varlets et paiges attendant, avecques des flambeaux, leurs maistres, ducs, roys, cardinaulx et archevesques.

Ah I se dit-il, elle doibt esire belle et guallante, celle-là... Ung soudard bien armé le laissa passer, cuydant qu'il |apparte-

noyt à l'électeur de Bavière, sortant présentement dudict logis, et qu'il alloyt s'y acquitter d'ung messaige de ce dessusdict seigneur. Philippe de Mala monta les degrez aussi lestement que lévrier pos- sédé de maie raige d'amour, et feut mené par une délectable odeur de parfums iouxte la chambre devisoyt avecques ses femmes la maistresse du logis en désagraphant ses atours. 11 resta tout esbahi comme ung voleur devant les sergens. La dame estoyt sans cotte ni chapperon. Les chamberières et les meschines, occupées à la deschausser et déshabiller, mettoient son ioly corps à nu, si dextre- ment et franchement, que le prebstre émérillonné fit un Ah! qui sentoyt l'amour.

Et que voulez-vous, mon petit? luy dit la dame.

Vous rendre mon ame, fit-il en la mangeant des yeulx.

Vous pouvez revenir demain^ reprint-elle pour se druement gausser de luy.

A quoy Philippe, tout bordé de cramoisy, respondit gentement :

le n'y fauldray.

Elle se print à rire comme une folle. Le Philippe, interdict, resta paniois et tout aise, arrestant sur elle des yeulx qui cupidonnoyent d'admirables mignardises d'amour : comme beaulx cheveulx espars sur ung dos ayant poli d'ivoire« et monstrant des plans délicieux,

8 LES CONTES DROLATIQUES.

blancs et luysans, à travers mille boucles frizotantes. Elle avoyt sur son front de neige i n rubis-balays, moins fertile en vagues de feu que ses yeulx noirs humectez de larmes par son bon rire. Mesmes elle gecta son SDlier à la poulaine, doré comme une chaasse, en se tordant force de ribauder, et feit veoir son pied nud, plus petit que bec de cygne. Ce soir, elle estoyt de belle humeur; aultrement, elle auroyt faict bouter dehors par la fenestre le petit tonsuré, sans en prendre plus de soulcy que de son pre- mier évesque.

Il ha de beaulx yeulx, madame, dit une des meschines.

D'où sort-il doncques? demanda Taultre.

Paouvre enfant ! s'écria Madame, sa mère le chercheroyt. H faut le remettre dans la bonne voye.

Le Tourangeau, ne perdant pas le sens, feit ung signe de délec- tation en mirant le lit de brocart d^or alloyt reposer le ioli corps de la galloise. Ceste œillade, pleine de suc et d'intelligence amoureuse, resveigla la phantaisie de la dame, qui, moitié riant, moitié férue du mignon, luy répéta : a Demain! » et le renvoya par ung geste auquel le pape lean luy-môme auroyt obéi, d'autant qu'il estoyt comme ung limasson sans cocque, veu que le Concile venoyt de le dépapiser.

Ah! madame, voilà encores ung vœu de chasteté mué en dezir d'amour, dit l'une des femelles.

Et les risées recommencèrent dru comme gresle. Philippe s'en alla, donnant de la teste contre les bois, en vraye corneille coeiïée, tout estourdy qu'il estoyt d'avoir entreveu ceste créature plus friande à crocquer que syrène sortant de l'eaue... Il remarqua les ligures d'animaulx engravées au-dessus de la porte, et s'en revint chez son bonhomme d'archevesque avecques mille pannerées de diables dans le cueur et la fressure toute sophisticquée. Monté dans sa chambrette , il y compta ses angelotz pendant toute la nuict, mais n'en trouva iamais que quatre ; et, comine ce estoyt tout son sainct-frusquin, il cuydoyt satisfaire la belle en lui donnant ce qu'il avoyt à luy dans le monde.

Qu'avez-vous doncques, Philippe? luy dit le bon archevesque. inquiet des tresmoussemens et des Oh! oM... de son clerc.

Ah! monseigneur! respondit le paouvre prebstre, ie m'es-

LA BELLE IMPËRIÂ. 9

bahis comment une femme si légiere et si doulce pèse tant sur le cueur!...

Et quelle? reprint Parchevesque en posant son bréviaire, qu'il Hsoyt pour les aultres, le bonhomme I

Ah ! lésus, vous allez me maulgréer, mon bon maistre et protecteur, pour ce que i'ay veu la dame d'ung cardinal au moins... Et ie plouroys, voyant qu'il me manqueroyt bien plus d'un paillard escu pour elle, encores que me la laisseriez con* vertir au bien...

L'archevesque, frûnssant Taccent circonflexe qu'il avoyt au-^les- sus du nez, ne souffla mot. Ores doncques, le trez-humble prebstre trembioyt dans sa peau de s'estre ainsi confessé à son supérieur. Mais incontinent le sainct homme luy dit :

Vère, elle est doncques bien chiere?

Ah! feit-il, elle a dcsjressé bien des mitres et frippé bien des crosses.

Eh bien, Philippe, si tu veux renoncer à elle, ie te baillerai trente angelotz du bien des paouvres.

Ah! monseigneur, i'y perdroys trop! respondit le gars, ardé par la râtelée qu'il se promettoyt.

Oh! Philippe, dit le bon Bourdeloys* tu veux doncques aller au diable et desplaire à Dieu comme tous nos cardinaulx?

Et le maistre, navré de douleur, se mit à prier sainct Gatien, patron des cocquebins, de saulver son serviteur. Il le fit agenouiller en luy disant de se recommander aussy à sainct Philippe ; mais le damné prebstre impétra tout bas le sainct de l'empêcher de faillir, si demain sa dame le recevoyt à mercy et miséricorde ; et le bon archevesque, oyant la ferveur de son domestique, luy crioyt :

Couraige, petit ! ie Ciel t'exaulcera.

Le lendemain, pendant que Monsieur déblatéroyt au Concile contre le train impudicque des apostres de la chrestienté, Philippe de Mala despendit ses angelotz, gaignez avec force labeur, en par- fumeries, baignades, estuveries et aultres friperies. Ores, il se mu- gueta si bien, qu'auriez dict le mignon d'une linotte coëlTée. Il dé- valla par la ville pour y recognoistre le logiz de sa royne de cueur; et, quand il demanda aux passans à q^ii estoyt ladicte maison, ils luy rioyent au nez en disant :

40 LES CONTES DROLATIQUES.

D'où vient ce galeux qui n'ha entendu parler de la belle Im-

péria?

Il eut grant paour d*avoir despendu ses angelotz pour le diable, en voyant, par le nom, dans quel horriûcque tracquenard il estoyt tombé vouleotairement.

Impéria estoyt la plus précieuse et fantasque fille du monde, oultre qu'elle passoyt pour la plus lucidiûcquement belle, et celle qui mieulx s'entendoyt à papelarder les cardinaulx, guallantiser les plus rudes souldards et oppresseurs de peuple. Elle possédoyt, à elle, de braves capitaines, archers et seigneurs, curieux de la ser- vir en tout poinct. Elle n'avoyt qu'un mot à souffler, à ceste fin d'occire ceulx qui faisoyent les faschez. Une desconfiture d'hommes ne lui coustoyt qu'ung gentil soubrire; et, souventes fois, ung sire de Baudricourt, capitaine du Roy de France, luy demandoyt s'il y avoyt, ce iour-là, quelqu'un à tuer pour elle, par manière de rail- lerie à rencontre des abbez. Sauf les potentats du hault clei^ié, avecques lesquels madame Impéria accommodoyt finement ses rires, elle menoyt tout à la baguette, en vertu de son cacquet et de ses fassons d'amour^ dont les plus vertueux et insensibles estoyent entassez comme dans de la glue. Aussy vivoyt-elle chérie et respectée autant que les vrayes dames et princesses, et l'appeloyt-on Ma- dame. A quoy le bon empereur Sigismond respondoyt à une vraye et preude femme qui se plaignoyt de ce : Que, elles, bonnes dames, conservoyent les coustumes saiges de la saincte vertu, et madame Impéria les tant doulx erremens de la déesse Vénus. Pa- roles chrestiennes dont se chocquërent les dames, bien à tort.

Philippe doncques, repensant à la franche lippée qu'il avoyt eue par les yeulx, la veille, se doubla que ce seroyt tout. Lors, feut chagrin ; et, sans mangier ne boire, se pourmena par la ville, en attendant l'heure, d'autant qu'il estoyt cocquet et guallant assez, pour en treuver d'aultres moins rudes au montoir que n'estoyt madame Impéria.

La nuict venue, le îoli petit Tourangeau, tout reslevé d'orgueil, capnrassonné de dezirs, et fouetté par ses Hèlast qui l'estouf- foyent, se coula comme une anguille au logiz de la véritable royne du Concile; car, devant elle« s*abaissoyent toutes les authoritez, sciences et prud'hommies de la chrestienté. Le maistre d'hosiel le

;v

LA BELLE IMPËRIA. 41

desconnut et Talloyt gecter dehors, quand la chamberière dit du hault des degrez :

Eh I messire Imbert, c*est le petit de Madame !

Et lepaoïivre Phih'ppe, rouge comme une nuict de nopces, monta a vis en bronchant d^heur et d'aise. La chamberière le prini par b main et le mena dedans la salle piaffoyt déià Madame, les- tement nippée en femme de couraige qui attend mieulx. La luci- difîcque Impéria estoyt assise près une table couverte de nappes petuchées, garnies d*or, avecques tout Tattirail de la meilleure beuverie. Flaccons de vin, hanapi altérez, bouteilles d^hypocras, grez pleins de bon vin de Chyppre, drageoires combles d*espices, paons rostis, saulces vertes, petits iambonneaux salez, auroyent resîouy la veue du guallant, s'il n^avoyt pas tant aimé madame Im- péria. Elle veit bien que les yeulx de son petit prebstre estoyent tout à elle. Quoique coustumière des parpaillotes dévotions des gens d'Ecclise, elle feut bien contente, pour ce qu'elle s'estoyt affolée nuictarament du paouvre petit, qui, toute la iournée, luy avoyt trotté dans le cueur. Les vitres avoyent esté closes. Madame estoyt bien dispose et atlournée comme pour faire honneur à ung prince de l'Empire. Âussy, le fripon, beatiûé par la sacro-saincie beaulté d'Impéria, cogneut-il que empereur, burgrave, voire ung cardinal en train d'estre esleu pape, n'auroyt raison ce soir contre luy, pe it prebstre, qui, dans sa bougette, ne logeoyt que le diable et l'amour. 11 trenchadu seigneur, et seiacta, en la saluant avecques une courtoisie qui n^estoyt point du tout sotte ; et pour lors, la dame luy dit eu le festoyant par ung cuisant resguard :

Mettez-vous près de moy, que ie voye si vous estes changé d'hier.

Ohl oui,... fit-il.

Kt d'où?... dit-elle.

Hier, reprint le matois, ie vous aimoysl... Ores, ce soir, nous nous aimons; et, de paouvre souffreteux, suis devenu plus riche qu'ung roy,

Oh! petit I petit! s'éscria-t-elle ioyeulsement, oui, tu es changé, car, de ieune prebstre, bien vois-je que tu es devenu vieulx diable.

£t ils s'accotèrent ensemble devant ung bon feu« qui alloyt

/

k% LES CONTES DROLATIQUES.

espandant esgalement partout leur ivresse. Ils restoyent touiours prests à mangier, veu qu'ils ne pensoyent qu'à se pigeonner des yeulx, et ne touchoyent point aux plats... Comme ils s'estoyent enfin establis dans leur aise et contentement, il se feit ung bruit dezagréable à l'huys de Madame, comme si gens s'y battoyent en criant.

Madame, dit la meschinette hastée, en vécy bien d'un aultrel

Quoi? s'écria-t-elle d'ung air hautain commô tyran maugréant d'estre interrompu.

L'évesque de Coire veut parler à vous...

Que le diable l'estrillel respondit-élle en resguardant Phi- lippe de gentille fasson.

Madame, il a veu la lumière par les fissures et faict grant tapaige...

Dis-luy que i'ay la fiabvre, et point ne mentiras, pour ce que le suis malade de ce petit prebstre qui me frétille dans la cer- velle.

Mais, comme elle achevoyt son dire, en pressant dévotieusement la main de Philippe, qui bouilloyt dans sa peau, le gros évesque de Coire se monstra tout poussif et cholère. Ses estaOiers le sui- voyent portant une truite canonicquement saumonée, fresche tirée hors du Rhin, gizant dans ung plat d'or; puis des espices, conte- nues ez drageoires myrificques, et mille friandises, comme liqueurs et compotes faictes par de sainctes nonnes de ses abbayes.

Ah! ahl feit-il de sa grosse voix, i'ai le temps d'estre avec le diable, sans que vous me fassiez escorchier d'avance par luy, ma mignonne...

Vostre ventre fera quelque iour une belle guaisne d'espée!... respondit-elle en fronssant ses sourcils, qui, de beaulx et plaisans, devinrent meschans à faire trembler.

Et cet enfant de chœur, vient-il doncques à l'offrande déià? dit insolemment l'évesque en tournant sa face large et rubiconde vers le gentil Philippe.

Monseigneur, ie suis icy pour confesser Madame.

Oh! oh! sçais-tu pas les canons?... Confesser les dames à ceste heure de nuict est un droict réservé aux évesques... Or, tire

\

i

BELLE IMPÉRIÂ. 43

tes grègues, va pasturer avec simples moynes, et ne retourne ici, sous peine d'excommunication.

Ne bougez I... cria la rugissante Impéria, plus belle de cbo- lëre qu'elle n*estoyt d'amour, pour ce qu'il y avoyt ensemble

* amour et cbolère. Restez, mon ami, vous^ estes icy chez vous!... Lors, il cognent qu'il estoyt le vrai bien-aymé.

N'est-ce pas matière de bréviaire et enseignement évangé- licque, que vous serez égaulx devant Dieu à la vallée de Josaphat?

) demanda-t-elle à Tévesque.

C'est une invention du diable qui ha frelatté la Bible ; mais c'est escript, respondit le gros balourd d'évesque de Coire, pressé de s^attabler.

Eh bien, soyez doncques égaulx devant moy, qui suis icy-bas votre déesse, reprint Impéria; sinon, ie vous feroys délicatement estrangler quelque iour entre la teste et les espaulesl.le le iure par la toute-puissance de ma tonsure, qui vaut bien celle du pape!

Et, voulant que la truite fust du repas, voire le plat, les dra- geoires et les friandises, elle adiouzta dextrement :

Asseyez-vous et beuvez.

Mais la rusée linotte, qui n'en estoyt à sa première dauberie, cligna de Tœil pour dire à son mignon qu'il ne falloyt avoir cure de cet Allemand, dont le piot leur feroyt briefve justice.

La chamberière mit et entortilla l'évesque à table, pendant que Philippe, atteint d'une raige qui lui fermoyt le bec, en ce qu'il voyoyt son heur s'en aller en fumée, donnoyt l'évesque à plus de diables qu'il n'y avoyt de moynes en vie. Ils estoyent pieçà vers la moitié du repast, que le ieune prebstre n'y avoyt point encores touchié, n'ayant faim que d'Impéria, près de laquelle il se pelo- tonnoyt sans mot dire, mais parlant de ce bon languaige auquel les dames entendent sans poincts, virgules, accents, lettres, figures ni charactères, notes ou imaiges. Le gros évesque, assez sensuel et soigneux du vestement de peau ecclésiasticque dans lequel sa défuncte mère l'avoyt cousu, se laissoyt amplement servir de l'hy- pocras par la main délicate de Madame; et il en estoyt déià à son premier hocquet, quand un grant bruit de cavalcade feit esclandre dans la rue. Le numbre des chevaulx, les Ho ! ho ! des paiges« démonstrèrent qu'il arrivoyt quelque prince furieux d'amour. Et

U LES CONTES DROLATIQUES.

de faict, tost après, le cardinal de Raguse, à qui les gens d'Impéria n'avoyent osé barrer la porte, entra dans la salle. A ceste vue triste, la paouvre courtisane et son petit devinrent honteux et des- convenus comme des lépreux d'hier, car c'estoyt tenter le diable que vouloir évincer le cai;jdinal, d'autant qu^alors on ne sçavoyt qui seroyt pape, les trois prétendans s'estant desmis du bonnet pour le prouffîct de la chrestienté. Le cardinal, qui estoyt ung rusé Ita- lian, trez-barbu, grant sophisticqueur et boute-en-train du Concile, devina, par le plus foyble iect de son entendement, l'alpha et l'oméga de ceste adventure. Il n'eut qu'un petit pensier à peser pour sçavoir comment il debvoyt besongner à ceste fin de bien hypothecquer ses fressurades. Il arrivoyt poulsé par un appétit de moyne; et, pour obtenir sa repue, il estoyt homme à daguer deux moynes, et vendre son morceau de vraye croix, ce qui eust esté mal.

Hé! mon ami, feit-il à Philippe en l'appelant à luy.

Le paouvre Tourangeau, plus mort que vif, en soupçonnant que le diable se mesloyt de ses affaires, se leva, et dit : aPlaist-il?» au redoutable cardinal. Cettuy, remmenant par le bras sur les degrez, le resguarda dans le blanc des yeulx, et reprint sans lan* terner :

Ventredieu I tu es un bon petit compaignon, et ie ne voudroys pas estre obligé de faire sçavoir à ton chief ce que ton ventre poisel... Mon contentement pourroyt me couster des fondations pieuses en mes vieulx iours... Ainsy, choisis : de te marier avecques une abbaye pour le demeurant de tes iours, ou avec Madame, ce soir, pour en mourir demain.,

Le paouvre Tourangeau désespéré lui dit :

Et votre ardeur passée, monseigneur, pourraî-je revenir?

Le cardinal eut peine à' se fascher ; pourtant, il dit griefvement :

Choisis! le hault-bois ou la mitre?

•^ Ah I feit le prebtre malicieusement, une bonne grosse abbaye...

Oyant cela, le cardinal rentra dans la salle, y print une escri- toire, et griffonna sur ung bout de charte une cédule pour l'envoyé de France.

Monseigneur, lui dit le Tourangeau pendant qu'il orthogra- phioyt l'abbaye, Tévesque de Coire ne s'en ira pas aussi briefve-

LA BELLE IMPËRIA. 45

ment que moy ; car il ha autant d^abbayes que les souldards ont de beuvettes en ville, et puis il est dans les ioyes du Seigneur I Ores, m*est advis que, pour vous mercier de ceste tant bonne abbaye, ie vous doibs ung bel advertissement...Vous sçavez du reste combien est malivole et se gaigne dru ceste damnée cocqueluche, qui ha cruellement matté Paris. Ores, dictes-lui que vous venez d'assister vostre bon vieulx ami Tarchevesque de Bourdeaux... Par ainsy, le ferez desguerpir comme feurre devant grant souffle d'air.

Ohl ohi... s'écria le cardinal, tu mérites mieulx qu'une ab- baye..• Hél ventredieul mon petit ami, voilà cent escuz d'or pour ton voyaige à Tabbaye de Turpenay, que fai gaignée au ieu hier et que ie te baille en pur don...

En entendant ces paroles et voyant disparoistre Philippe de Mala, sans qu'il luy despartist la chatouillante œillade pleine de quintescence amoureuse qu'elle en espéroyt, la léonine Impéria, soufflant comme ung dauphin, devina toute la couardise du prebs» tre. Elle n'estoyt pas encores catholicque as$ez pour pardonner à son amant de la gaber en ne saichantpas mourir pour sa phantai- sie. Aussi la mort de Philippe feut-elle engravée dans le resguard de vipère qu'elle lui lança pour lui faire insulte, ce qui rendit le cardinal tout aise, car le paillard italian vit bien qu'il rentreroyt tost dans son abbaye. Le Tourangeau, n'ayant cure ni soulcy de l'orage, s'évada en allant de cosié, en silence et Taureille basse, comme ung chien mouillé que l'on chasse de vespres. Madame poussa ung soupir de cueuri Elle auroyt singulièrement accoutré le genre humain, pour peu qu'elle Teust tenu, car le feu qui la pos- sédoyt lui estoyt monté dans la teste, et des pétillons de flammes sourdoyent dans l'air autour d'elle. Il y avoyt de quoy, pour ce que c'estoyt la première foys qu'un prebstre la gabeloyt. Ores, le car- dinal soubriyot, cuydant qu'il n'en auroyt que plus d*heur et d'aise. N'estoyt-ce pas ung rusé compaignon? aussy avoyt-il un chapeau rouge 1

Ahl ah! mon bon compère, dit-il à Tévesque, ie me félicite d'estre en votre compaignie, et suis aise d'avoir sceu chasser ce petit cuistre indigne de Madame, d'autant que, si vous Taviez ap- prouché, ma toute belle et fringuante bische, vous eussiez pu tres- passer indignement, par le faict d'un simple prebstre...

46 LES CONTES DROLATIQUES.

Hél comment?...

C'est le scribe à M. rarchevesque de Bourdeauxl... Or, le bonhomme ha esté prins ce matin de la contagion...

L^évesque ouvrit la bouche comme s'il vouloyt avaller ung four« maige...

Hél d'où sçavez-vous cela?... demanda-t-il.

Vère!... dit le cardinal en prenant la main au bon Allemand, le viens de Tadministrer et consoler... A ceste heure, le sainct homme ha bon vent pour voguer en paradiz.

L'évesque de Coire monstra combien les gros hommes sont lé- giers; pour ce que les gens bien pansus ont, par la grâce de Dieu, en rescompense de leurs travaulx, les tubes intérieurs élasticques comme ballons. Ores, ce dict évesque saulta d'ung bond en arrière, en suant d'ahan, toussant déià comme ung bœuf qui trouve des plumes dans son mangier. Puis, ayant blesmy tout à coup, il des- gringola par les degrez sans seulement dire adieu à Madame. Quand Thuys feut fermé sur Tévesque, et qu'il desvalla par les rues, M. de Raguse se print à rire et à vouloir gausser.

Ah ! ma mignonne, suis-je pas digne d'estre pape et, mieulx que cela, ton guallant ce soir?...

Mais, voyant l'Impéria soulcieuse, il s'approucha d'elle pour la mignardement enlasser dans ses bras et la mignotter à la fasson des cardinaulx, gens brimballant mieulx que tous aultres, voire mesme que les souldards, en ce qu'ils sont oisifs, et ne guastent point leurs esprits essentiels.

Ha! hal fit-elle en reculant, tu veux ma mort... fou métro- politain... Le principal pour vous est de vous gaudir, meschant ruffian, et mon ioly caz, chouse accessoire. Que ta ioie me tue. vous me canoniserez, est-ce pas?... Ah! vous avez la cocqueluche et me voulez I... Tourne et vire ailleurs, moyne despourvu de cer- velle... Et ne me touche aulcunement, fit-elle en le voyant s'ad- vancer, sinon, ie te gourmande avecques ce poignard.

Et la fine commère tira de son aumosnière ung tout ioly petit stylet dont elle sçavoyt iouer à merveille dans les cas opportuns.

Mais, mon petit paradiz, ma mignonne, dit Taultre en riant, vois-tu pas la ruse?... Ne falloyt-il pas forbannir ce vieulx bœuf de Coire?...

BELLE IMPÉRIÂ. 47

Oui-da... si vousm'aymez, bien le verray-je, reprint-elle... le veulx incontinent que vous sortiez... Si vous estes happé par la ma- ladie, ma mort vous chaille peu. le vous cognoys assez pour sçavoir à quel denier vous mettriez un instant de ioie, à l'heure de vostre trespassement. Vous noyeriez la terre. Ahl ahl vous vous en estes iacté estant ivre. Ores, ie n'ayme que. moy, mes threzors et ma santé... Allez, si vous n'avez pas la fressure gelée par le trousse- guallant, vous me reviendrez veoir demain... Âuiourd'hui, ie te hais, mon bon cardinal, dit-elle en soubriant.

Impéria, s'écria le cardinal à genoilz, ma saincte Impéria, allons, ne te ioue pas de moy !

^ Non! feit-elle, ie ne ioue iamais avecques les chouses sainctes et sacrées.

Ah! vilaine ribaude, ie t'excommunierai... demain!...

Merci Dieu! vous voilà hors de vostre sens cardinalesque.

Impéria! satanée fille du diable!... la la! ma toute belle!... ma petite...

Vous perdez le respect!... Ne vous agenoillez pas. Fy donc!...

Veux-tu quelque dispense in ariiculo mortisf,,. Veux-tu ma fortune, ou mieulx encores, ung morceau de la véritable vraye croix?... Veux-tu?...

Ce soir, toutes les richesses du ciel et de la terre ne sau- royent payer mon cueur!... fit-elle en riant. le seroysla darrenière des pécheresses, indigne de recepvoir le corps de Nostre-Seîgneur Jésus-Christ, si ie n*avoys pas mes caprices.

le mets le feu à ta maison !... Sorcière, tu m'as envousté!... Tu périras sur ung buscher... Escoute-moy, mon amour, ma gentille galloise. le te promets la plus belle place dans le Ciel !... Hein? Non! A mort!... à mort la sorcière!

Oh! oh! ie vous tuerai, monseigneur. Et le cardinal escuma de maie raige.

Vous devenez fou, dit-elle, allez-vous-en... cela vous fatigue.

le serai pape, et tu me payeras cet estrif...

Alors, vous n'en serez pas plus dispensé de m'obéir...

Que faut-il doncques ce soir pour te plaire?...

Sortir. ••

XIX. 2

48 LES CONTES DROLATIQUES.

Elle saulta légierement, comme ung hosche-queue, dans sa chambre et s^y verrouilla ^ laissant tempester le cardinal, à qui force feut de desguerpir. Quand la belle Impéria se trouva seule devant le feu, attablée, et sans son petit prebstre, elle dit en brisant de cholère toutes ses chaisnettes d'or :

Par la double triple corne du diable, si le petit m'ha faict don- ner ceste bourde au cardinal , et m'expose à estre empoisonnée demain, sans que ie chevisse de luy... tout mon content I ie ne mourrai pas que ie ne l'aye veu escorchier vif devant moy... Ah I feit-^lie en pleurant ceste foys avecques de véritables larmes^ ie mené une vie bien malheureuse, et le peu d'heur, par-ci par-là, qui m'eschet, me couste un mestier de chien, oultre mon salut..»

Comme elle achevoyt sa râtelée, en reccapant comme veau qu'on tue, elle vit la figure rougeaude du petit prebstre, qui s'estoyt trez- dextrement musse, poindant de derrière elle dans son mirouer de Venise..;

Âh ! feit-elle, tu es le plus parfaict moyne, le plus ioly petit moyne, moynant, moynillant, qui ayt jamais moyneaudé dans ceste saincte et amoureuse ville de Constance!... Ahl ah! viens, mon gentil cavalier, mon fils chéry, mon bedon, mon paradiz de délec- tation! ie veulx boire tes yeulx, te mangier, te tuer d'amour! Oh I mon florissant, mon verdoyant et sempiternel dieul... Va, de petit religieux, ie veux te faire Roy, Empereur, Pape, et plus heu- reux qu'eulx tous!... Da, tu peux tout mettre léans à feu et à sang! le suis tienne I et le monstreray bien, car tu seras tost cardi- nal, quand pour rougir ta barrette ie devroys verser tout le sang de mon cueur.

Et de ses mains tremblottantes, tout heureuse, elle emplit de vin grec un hanap d'or apporté par le gros évesque de Coire et le présenta à son ami, qu'elle voulut servir à genoilz , elle dont les princes treuvoyent la pantophle de plus hault goust que celle du Pape.

Mais luy la resguardoyt, en silence, d'ung œil si goulu d'amour« qu'elle lui dit tressaillant d'aise :

Allons, tais-toi, petit!... Soupons.

LE PÉCHÉ VÉNIEL

COMMENT LE BONHOMME BRUTN PRINT FEMME

Messire Bruyn, celluy-là qui paracheva le chastel de la Roche* Gorbon-lez-Vouvray sur la Loire, feut un rude compaignon en sa ieunesse. Tout petit, il grugeoyt déià les pucelles, gectoyt les mai- sons par les fenestres, et tournoyt congruement en farine de diable, quand il vint à calfeutrer son